Découvertes

William Fitzsimmons – Charleroi: Pittsburgh, Vol. 2

W_Fitz_Charleroi_HI-RES

Septième opus du conteur barbu William Fitzsimmons, Charleroi narre avec tendresse et nostalgie une odyssée familiale dans la continuité de son précédent album.

Pittsburgh avait déjà posé les bases de la quête identitaire de l’artiste ; en écho à cet héritage, celui-ci se consacre ici à sa grand-mère paternelle, celle que son père n’aura jamais connu.

« Her name was Thelma and she was my grandmother. She was from Charleroi, Pennsylvania. These songs are about her ».

A l’image de sa pochette, écornée, passablement défraîchie et pourtant lumineuse, Charleroi se drape d’un folk poétique et douillet : Hear Your Heart porte en toile de fond la nouvelle Le Cœur Révélateur d’Edgar Allan Poe (pouvons-nous encore entendre les battements du cœur de nos disparus ?) et cet espérance des liens retrouvés malgré la perte et l’oubli : ici réside toute l’intention du compositeur. Créer du lien entre souvenir et réalité, vivants et morts, constamment sur le fil entre passé et présent :

« As we are drawn back into the memories of our dearly departed, in words and images, we imagine that perhaps there is a chance the lines of communication are not totally lost and may someday be reopened.« 

Errance nostalgique qui vous rappellera vos films familiaux en super 8, Charleroi est un concentré des rêves et espoirs de l’artiste qui se met à nu dans un environnement acoustique, simple et sans emphase. Atmosphère délicate qui ne serait d’ailleurs pas sans rappeler Sufjan Stevens et son mythique Illinois (et plus précisément des titres comme John Wayne Gacy Jr ou Casimir Pulasky Day), comme en témoignent People Change Their Minds ou A Part.

Au-delà d’un simple héritage familial habité par le spectre d’une muse défunte et inconnue, Charleroi est ainsi un hommage à l’héritage folk des grands songwriters américains. Une conversation fragile et sensible qui permet à Fitzsimmons de se confier en murmurant, pour mieux nous étreindre et retenir dans une écoute contemplative.

Sources : williamfitzsimmons.com et www.independent.co.uk

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s